Qanon mouvement complotiste d’extrême droite. Les médias sont-ils encore une source fiable d’information ?

Il n’y a plus un jour qui passe sans que des dizaines d’articles ne soient écris sur Qanon. Ce que les médias appellent « une théorie du complot d’extrême droite » semble être à la fois une théorie du complot (donc quelque chose de totalement faux et infondé) et le plus grand objet d’attention de toute l’industrie de l’information actuellement.

Une seule vérité émerge de la couverture qui est faite à Qanon, c’est l’énorme quantité et l’uniformité des articles qui lui sont consacrés. Une telle exposition médiatique pour un mouvement basé sur des fausses allégations est assez surprenant au premier abord. 

Il est tout d’abord important de comprendre que Qanon est une étiquette attribuée par les médias pour catégoriser, la plus grande divulgation d’informations classifiées de l’histoire. Il n’existe pas de Mouvement Qanon. Il y’a Q et il y’a les Anons.

Q :  est la source des infos :

  • Des millions de documents (déclassifiés ou déjà disponibles publiquement sur les différents sites officiels du gouvernement américain ou encore via d’autres sources).
  • Des preuves (photos, vidéos etc…)
  • Des recoupages d’informations (liens entre les différentes informations et leur connections)
  • Et bien sûr les crumbs (miettes) qui mettent les anons sur la bonne piste pour que chacun puisse ensuite faire son propre travail de recherche plus approfondi. 

Les anons (pour anonymes) sont les millions de citoyens et de chercheurs de vérité à travers le monde qui :

  • Effectuent un travail de recherche
  • De classification
  • D’archivage
  • Et surtout de diffusion de ces informations.

Tout ceci peut ressembler à un jeu de piste en ligne pour un novice, mais il n’en est rien. Ce n’est pas un jeu et les conséquences, elles, sont bien réelles. 

« Qanon»«Théorie », «complot» «Extrême droite» sont des étiquettes qui sont reprises dans quasiment tous les articles sur Qanon, cependant aucun des articles n’est ensuite capable de soutenir ces allégations avec des preuves, et encore moins d’identifier qui est ce fameux Q.

De même, ces articles à charge contre Qanon se gardent bien, de ne jamais parler des preuves qui accompagnent cette opération de communication.

Que ce soit le Russiagate(ressource en anglais)  ou les affaires qu’elle entraîne automatiquement derrière (e-mails de Clinton > Crimes contre les enfants de la fondation Clinton > scandale de l’Uranium One >Jeffrey Epstein et le réseau pédophile mondial) aucun média ne daigne approcher les faits.

Si c’est vrai, est-ce que c’est toujours une théorie du complot ?

En tant que personne objective, il est tout à fait logique d’être sceptique face à l’information principale prônée par Q. A savoir qu’un réseau pédophile d’envergure mondiale se trouve au sein de la plupart de nos institutions et des élites qui les contrôlent.

Depuis le premier post de Q et ces accusations en 2017, nous avons quelques éléments factuels.

Qanon, l’arbre qui cache la forêt.

L’une des affaires que les médias tentent d’étouffer si violemment grâce à la désinformation et la diversion médiatique est celle de Jeffrey Epstein. Le but de la manœuvre est de fixer votre attention sur l’arbre et ainsi vous empêcher de voir la forêt qui se cache derrière.

Le scandale que représente l’affaire Epstein est une des nombreuses affaires importantes qui valent à Q l’étiquette de théorie du complot. Cette affaire est gigantesque et implique un nombre incalculable de hautes personnalités, partout dans le monde, même en France. Jeffrey Epstein, et son acolyte Ghislaine Maxwell ont été arrêtés. L’instruction de ce dossier est toujours en cours. Harvey Weinstein, proche des deux premiers est en prison pour des abus sexuels en tout genre.  Mais il semblerait que ce ne soit pas la priorité du travail des journalistes que d’enquêter sur ces faits. En lieu et place tous les projecteurs sont braqués sur Qanon et la théorie du complot, qui dénonce ces crimes.

Comme l’indique-le post 4682 de Q, les tentatives de « normalisation » de ces affaires par les médias échoueront.  Qui sera le prochain ? 

Le fait d’étiqueter Qanon, de théorie du complot de façon unanime, sans objectivement analyser les faits et les informations que contient les drops de Q est une stratégie de déception bien connue. Celle-ci permet d’influencer l’opinion d’un certain nombre de personnes qui font aveuglement confiance à la presse, en tant qu’autorité sur l’information pour rapporter la vérité, ou qui n’ont pas le temps de faire des recherches approfondies.

Le journalisme indépendant est devenu une vraie source d’information.

Les enquêteurs et chercheurs de vérités se sont aujourd’hui mués en journalistes indépendants pour faire le travail des journalistes, qui sont défaillants  et ce, de façon criminelle, et ainsi offrir une information qui se base simplement sur les faits. Dans un univers de l’information ou le sensationnel et le superficiel sont la norme, ceci relève d’un acte révolutionnaire. Ces courageux citoyens de l’humanité, qui mettent la vérité au-dessus de leurs intérêts personnels méritent de voir le fruit de leur travail être, ce que l’on appellera très bientôt, le vrai journalisme.

A quoi ressemble une enquête journalistique indépendante de nos jours ? 

Dans l’exemple de l’affaire Epstein, les enquêtes détaillées ne manquent pas, et une cartographie de cette affaire, vous permet de voir ce que les médias traditionnels ne veulent pas que vous sachiez, à savoir l’ampleur de ce réseau.

Un autre élément indiscutable qui vient consolider l’ampleur et la taille de ce réseau est le carnet d’adresses de ce dernier (le fameux black book). Le black book de Jeffrey Epstein comprend les noms de la majorité du gotha mondial (aristocrates, politiciens, patrons de multinationales et du monde de la haute finance, et un nombre incalculable de personnalités mondaines). Bien sûr toutes les personnes présentes dans ce « petit carnet noir » ne peuvent pas être considérés comme des complices, mais à votre avis combien peuvent avoir été témoins des agissements de ce réseau pédophile ?  L’enquête qui est toujours en cours devra le déterminer.

Si l’on ajoute à cela :

  • Le suicide de Jeffrey Epstein, qui depuis, montre de façon flagrante qu’il ne sait pas « suicidé » tout seul.  La mort de Jeffrey Epstein mettait automatiquement fin à un procès dans cette affaire….  Ce « suicide » a donné lieu à un hashtag qui est devenu viral #Epsteindidntkillhimself et repris par Ricky Gervais lors de son monologue d’anthologie aux golden Globes en Janvier 2020 accusant Hollywood et son lien très étroit avec ce réseau pédophile.
  • Le suicide de Steve Bing, un des détenteurs de la carte « voyageur fréquents » sur le Lolitas Express. Steve Bing est un milliardaire qui était un des principaux donateurs du parti démocrate et de la fondation Clinton derrière…Bill et Mélinda Gates. Il aurait souffert du “manque de contact humain durant la quarantaine du covid 19” et se serait suicidé.
  • L’assassinat du fils de la juge Esther Salas, par un faux livreur qui se présente à leur domicile en juillet 2020, Son mari est aussi grièvement blessé dans l’altercation. La juge Esther Salas venait d’être assignée au volet financier de l’affaire qui comprend un nombre important d’institutions financières dont la Deutsche Bank.
  • La décision par une juge fédérale, Loretta Preska, de demander la destruction des preuves contenus dans un carnet aux avocats d’une des victimes de Jeffrey Epstein (Virginia Guiffre), prétendant que ces preuves ont été obtenues illégalement… Ce carnet contenait l’ensemble des bénéficiaires des services sexuels octroyés par la victime, entre autres.
  • L’arrestation de Ghislaine Maxwell, qui permet de continuer l’enquête et l’investigation dans ce dossier.

Ça commence à faire beaucoup d’éléments factuels qui ne relèvent ni de la théorie, ni du complot.

Les drops de Q, deviennent d’ailleurs de moins en moins cryptiques à mesure que l’on approche de la fin de cette opération de communication.

  • Photos relatives au dossier Epstein

Bill Clinton et Virginia Roberts Giuffre (une des accusatrices principales dans le dossier Epstein)

Prince Andrew

Une chose est sûre, si l’on s’en tient uniquement aux faits, les médias mainstream sont non-seulement coupables de mal faire leur travail, mais ils sont aussi coupables d’essayer de manipuler notre perception de la réalité, et ce, sur tous les fronts.

Cette manipulation de notre perception de la réalité est de moins en moins efficace, à mesure qu’un nombre grandissant de personnes se rendent compte que quelque chose ne va pas dans ce que racontent les médias.

C’est dans cette optique que les Fact checker et la censure sur les réseaux sociaux prennent le relais, pour tenter de garder le contrôle de la narrative et une certaine autorité sur l’information. Là encore leur efficacité est quasi-nulle, si ce n’est le don d’amplifier la vitesse de propagation de la vérité, et d’exposer un peu plus les intérêts des différents acteurs.

Twitter, Facebook, Youtube et les autres réseaux sociaux majeurs ne se cachent d’ailleurs plus.

Covid 19

Censure des différents points de vue de la part d’un large nombre de docteurs, scientifiques, chercheurs qui indiquent que cette « pandémie » est un canular.

Pourquoi ces protocoles sont-ils systématiquement ignorés par l’industrie médicale et ridiculisés par les médias en second couteau ?

  • Plusieurs regroupements de professionnels de la santé se sont formés à travers le monde pour dénoncer la supercherie qui se passe actuellement sous nos yeux, parmi les plus importants :

American Frontline doctors

World doctors alliance

Sur cette même « plandémie » :

Affaire de l’ordinateur de Hunter Biden

Surnomé l’ordinateur de l’enfer ” The laptop from hell”  cet ordinateur abandoné par Hunter Biden dans un magasin de réparation d’ordinateurs du Delaware en 2019, vient discréditer un peu plus les médias  dans le traitement de leurs enquêtes d’investigation.

Cet ordinateur est devenu la prorpriété du gérant de ce magasin  de réparations 3 mois aprés que Hunter Biden ait oublié de le récupérer. C’est la loi dans le Delaware. En se penchant de plus près sur le contenu de celui-ci , le gérant du magasin est horrifié.

L’ordinateur contient : 

  • Le numéro de portable personnel de Joe Biden et trois adresses électroniques privées ainsi que les noms de ses agents des services secrets.
  • Les numéros de téléphone portable de l’ancien président Bill Clinton, de son épouse Hillary et de presque tous les membres du cabinet de l’ancien président Barack Obama.
  • Une base de données de contacts de 1 500 personnes dont l’actrice Gwyneth Paltrow, le chanteur de Coldplay Chris Martin, l’ancien candidat à la présidence John Kerry et l’ancien patron du FBI Louis Freeh.
  • Les documents de ces différentes affaires, notamment avec le groupe ukrainien Burisma et des hommes d’affaires chinois ,connus et reconnu comme étant des espions pour le compte du parti communiste chinois.
  • Des documents personnels, y compris le passeport, le permis de conduire, la carte de sécurité sociale, les cartes de crédit et les relevés bancaire de Hunter Biden.
  • Des détails sur les problèmes de drogue et de sexe de Hunter, y compris 21 000 $ dépensés sur un site Web pornographique «live cam» et des «selfies» de lui se livrant à des actes sexuels et fumant du crack.

Le tout protégé par un  mot de passe enfantin : Hunter02. 

Le gérant contacte le FBI qui vient prendre possession de cet ordinateur et lui conseille de ne pas en parler car “il n’arrive rien aux gens qui ne parlent pas ” dixit leur propos.

Le gérant a déja fait plusieurs copies de cet ordinateur et décide de contacter plusieurs autres peronnes , ayant peur pour sa vie. 

Le FBI ne  fera rien de cet ordinateur malgré le contenu dérangeant et surtout le fait qu’il pose  un problème de sécurité nationale majeur. 

Une fois que le Le New york poste l’affaire sur son site internet ,  Twitter et les autres réseaux sociaux ne tardent pas à censurer cet article , en citant le fait que ces informations ont été obtenues illégalement ou qu’elles ne sont pas vérifiées, ce qui évidemment est faux. 


Les médias mainstream, eux tentent d’étouffer l’affaire en  décrivant le scandale comme étant lié à l’affaire ukrainienne de Biden. C’est une vérité partielle, il y’a biensur des documents sur les contrats de Hunter Biden avec Burisma, mais c’est beaucoup plus que ça dont on parle. 

L’affaire de l’ordinateur de Hunter Biden en pleine élections présidentielles , signifierait que Joe Biden est sans aucun doute  victime de chantage de la part du parti communiste Chinois. Cette nouvelle, pose un problème grave de sécurité nationale, dans l’optique où il serait élu.  Les réseaux sociaux ont préféré empêcher la diffusion d’une telle information à un mois des élections présidentielles. C’est un fait sans précédent dans l’attitude de ces mêmes réseaux sociaux qui risque de leur coûter très cher.

S’il y’a un seul élément factuel et doué de bon sens, il faut le supprimer, ou encore mieux, l’empêcher d’être publié. Dans un monde où la démocratie doit permettre la libre expression et le partage libre d’informations, ceci s’apparente à de la propagande.  Cette position partisane et ce choix manifeste des médias et des réseaux sociaux, de cacher et d’empêcher la vérité d’être diffusée a ceux qui souhaitent y accéder, causera leur chute dans un futur, pas si lointain. 

La violation de la section 230 de la CDA sera l’acte qui causera la chute des réseaux sociaux.

Considérée comme la loi la plus importante de l’industrie Tech et d’internet, la section 230 est une loi sur Internet aux États-Unis, adoptée dans le cadre de la Communications Decency Act (CDA) de 1996 (un nom commun pour le titre V de la loi sur les télécommunications de 1996), formellement codifiée comme la section 230 de la Communications Act de 1934 à 47 USC § 230. L’article 230 accorde généralement l’immunité aux éditeurs de sites Web contre le contenu des utlisateurs.

Fondamentalement, l’article 230 (c) (1) accorde une immunité de responsabilité aux fournisseurs et utilisateurs d’un “service informatique interactif” qui publient des informations fournies par des utilisateurs tiers:

Aucun fournisseur ou utilisateur d’un service informatique interactif ne sera considéré comme l’éditeur ou l’orateur de toute information fournie par un autre fournisseur de contenu d’information.

La loi de la section 230 (c) (2) fournit en outre une protection du “bon samaritain” contre la responsabilité civile des exploitants de services informatiques interactifs dans la suppression ou la modération de contenus de tiers qu’ils jugent obscènes ou offensants, même de discours protégés par la Constitution, tant que cela est fait de bonne foi.

L’article 230 a été élaboré en réponse à une paire de poursuites intentées contre des fournisseurs de services Internet (FSI) au début des années 1990, qui avaient des interprétations différentes quant à savoir si les fournisseurs de services devraient être traités comme des éditeurs ou des distributeurs de contenu.

En résumé cet article permet d’un côté, de protéger :

  • La libre expression de chacun sur internet (dans une large mesure).
  • Les GAFA en leur octroyant une immunité contre les poursuites qui pourraient résulter de cette même libre expression sur leurs plateformes.

En bénéficiant de cette immunité, les GAFA, se sont positionnés comme simples distributeurs de contenu.  La section 230, et cette immunité, ont permis d’économiser un total de 3600 milliards de dollars, en batailles légales, aux seuls 3 (Google , Amazon, Facebook) entre 1995 et 2017.

plus de détails sur les intéréts financiers de cette loi 

Aujourd’hui la donne est différente. Non seulement les GAFA ont amplifiés la portée d’informations fausses (notamment la collusion avec la Russie et l’impeachment qui se sont avérés être fabriqués de toutes pièces). Mais aujourd’hui ils sont également responsables de supprimer des faits évidents de corruption au plus haut niveau de l’administration américaine, dans le but de sauvegarder la crédibilité d’un des candidats à l’élection présidentielle.

En choisissant les informations qu’ils jugent bonnes de publier ou de supprimer, les GAFA adoptent une attitude partisane qui les positionne aujourd’hui en tant qu’éditeurs de contenu. Ils sont donc dans un cas de violation clair et manifeste de la section 230 de la Communications Decency Act. Cette violation continue les expose désormais à des poursuites légales d’un montant record et sans doute supérieur aux 3600 milliards de $ qu’ils ont économisés jusqu’à présent grâce à cette loi. Des poursuites légales sur ce terrain signifierait automatiquement la faillite des réseaux concernés.

Si les médias en ligne et hors ligne combinés se battent aujourd’hui si durement pour tenter d’empêcher la vérité d’éclater, au risque de finir en faillite, c’est bien parce que les personnes qui les financent ont des choses à cacher qu’ils ne souhaitent absolument pas que vous sachiez. Dans ce jeu plus large, la faillite de plusieurs journaux ou encore d’1 ou 2 réseaux sociaux est une mince perte, comparé à ce qui se passerait si la majorité des gens étaient au courant de ce que fait subir ce petit groupe de criminels à nos enfants, entre autres.

Le temps leur est aujourd’hui compté et leur dernier souffle est arrivé.  Leur dernier bastion de contrôle de la population que représente les médias vacille dangereusement et c’est à chaque citoyen du monde d’y mettre l’estocade finale, en faisant son propre travail de recherches et en sachant la vérité.

Merci de partager  avec le plus grand nombre si vous trouvez les informations ci-dessus pertinentes 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn